LES 10 DERNIERES ACTU

Le Collectif 77 de soutien aux Mineurs et Jeunes Majeurs Etrangers appelle à un rassemblement citoyen
vendredi à 9h devant le conseil départemental

Depuis l’été 2017, le conseil départemental de Seine-et-Marne a pris la décision de ne plus accompagner les mineurs isolés étrangers après leur majorité, en cessant de signer des contrats jeunes majeurs et en interrompant leur prise en charge, notamment en matière d’hébergement.
Depuis l’été 2017, le conseil départemental de Seine-et-Marne a pris la décision de ne plus accompagner les mineurs isolés étrangers après leur majorité, en cessant de signer des contrats jeunes majeurs et en interrompant leur prise en charge, notamment en matière d’hébergement.

L...
Lire la suite - 15-06-2018

Depuis l’été 2017, le conseil départemental de Seine-et-Marne a pris la décision de ne plus accompagner les mineurs isolés étrangers après leur majorité, en cessant de signer des contrats jeunes majeurs et en interrompant leur prise en charge, notamment en matière d’hébergement.

La situation s’est aggravée depuis le mois de mai dernier : de nombreux mineurs isolés étrangers pris en charge par l’aide sociale à l’enfance se voient refuser leurs demandes de poursuite de scolarité. Concrètement, cela prend une forme différente selon l’orientation choisie par le jeune :
– Un jeune de 16 ans scolarisé au collège souhaite s’inscrire au lycée : sa demande est refusée par son tuteur légal, le président du Département.
– Un jeune de 16 ans et un mois souhaite démarrer une formation qualifiante : alors qu’il a été admis en centre d’apprentissage, qu’un employeur est prêt à l’embaucher, sa demande est refusée par son tuteur légal, le président du Département.

Cette pratique intervient peu de temps après le rejet par le conseil d’Etat, le 13 avril 2018, de l’appel formulé par le département de Seine-et-Marne de la décision du 21 mars 2018 rendue par le tribunal de Melun qui enjoint le président du conseil départemental de poursuivre la prise en charge d’un jeune majeur injustement interrompue afin que ce dernier termine son cursus scolaire déjà engagé.

Cette situation est inhumaine et inadmissible. Il est important de rappeler ce que disposent la loi et les conventions internationales : notamment l’article 3-1 de la convention internationale des droits de l’enfant indique que « dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale ».

Aujourd’hui, ce sont des dizaines de jeunes qui sont concernés par cette situation dans la grande majorité des collèges et lycées de notre département : certains fréquentent ces établissements depuis plusieurs années et se sont parfaitement intégrés.

–  Qu’en est-il des efforts de ces jeunes pour intégrer un pays qui n’était pas le leur ?

–  Qu’en est-il de l’investissement des membres des équipes éducatives des établissements scolaires, des structures d’hébergement, de l’aide sociale à l’enfance, des associations ?

– Qu’en est-il des liens construits avec les camarades de classe, avec les compagnons de sport, avec les adultes rencontrés ?

– Qu’en est-il de l’investissement financier qui a été fait pour les accompagner à devenir de futurs citoyens ?

Si le conseil départemental ne revient pas au plus vite sur ses décisions, de nombreux jeunes risquent de se retrouver dans une situation de désespoir complet : plus de scolarité, pas de formation, pas d’emploi, plus d’hébergement. Quelles seront alors leurs solutions pour survivre ?

C’est pourquoi, nous, membres du Collectif 77 de soutien aux Mineurs et Jeunes Majeurs Etrangers serons présents,  vendredi 15 juin, devant l’hôtel du département pour demander au président de :
– ne plus empêcher les jeunes de poursuivre leur scolarité au collège, au lycée ou en centre d’apprentissage en signant les documents nécessaires (formulaires d’inscription et contrats de travail),
– reprendre la signature des contrats jeunes majeurs et cesser de mettre à la rue des jeunes pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance le jour de leur 18e anniversaire.
voir le document                       

Mineurs non-accompagnés – Le Groupe de la Gauche Républicaine et Communiste interpelle le président du CD77
En écho à la manifestation du collectif de soutien aux mineurs isolés, qui se tenait devant le Conseil départemental, le groupe a demandé que soit présenté très vite un bilan départemental afin de connaître le nombre d’enfants et de jeunes concernés, les démarches de reconstitution d’état-civil, les dispositifs d’hébergement et de poursuite de scolarité. Interpellé sur le refus du Département, tuteur légal, de signer des contrats d’apprentissage ou des inscriptions en lycée, l’exécutif n’a pas apporté de réponses précises sur la question.
Nous sommes venus soutenir les jeunes étrangers isolés, victimes des choix honteux de la majorité du Conseil Départemental (hors la loi, car condamnée par le tribunal administratif), le collectif 77 de soutien aux Mineurs et Jeunes Majeurs Étrangers et notre conseillère départementale communiste, Ma...
voir le document                       

Avec les retraités de Seine-et-Marne pour exiger des pensions de dingue.

L’union syndicale des retraités de la CGT77 a déposé ce matin des centaines de pétitions à la permanence de la députée de la circonscription lui demandant à d’entendre et de soutenir leurs revendications.
Avec Sylvie Fuchs, conseillère régionale, nous avons remis les exigences du PCF, avec entre autres la suppression de la CSG. Osera-t-elle aller dans le sens de la suppression de la pension de réversion lors du prochain projet de réforme des retraites? A regarder les régressions qu’elle a déjà vo...
voir le document                       

En soutien à la marche citoyenne et solidaire pour les migrants initiée par l’association de l’auberge des migrants de Calais.

Dimanche est une étape attendue, continuons de les soutenir, Maya et François et toutes les associations et citoyens qui les accompagnent.

voir le site de l’association


De Bray à Melun en passant par Montereau, Varennes et Samoreau
Marche Citoyenne et Solidaire Nous marchons pour l’accueil des migrants, contre le « délit de solidarité », contre le blocage de la frontière franco-italienne et de la frontière franco-britannique.

LAISSEZ LES PASSER !

Nous demandons la liberté de circulation et d’ét...
voir le document                       

Conseil national des 2 et 3 juin 2018 - Proposition de base commune et commissions
Pour son congrès, le PCF met toutes les options sur la table.
La direction nationale a adopté, par 49 voix pour, 26 contre et 16 abstentions, son projet de texte d’orientation (de « base commune », selon la terminologie militante). Celui-ci a été vigoureusement discuté. Sa version initiale a non seulement été largement amendée, mais « ce ...
Lire la suite - 03-06-2018

La direction nationale a adopté, par 49 voix pour, 26 contre et 16 abstentions, son projet de texte d’orientation (de « base commune », selon la terminologie militante). Celui-ci a été vigoureusement discuté. Sa version initiale a non seulement été largement amendée, mais « ce texte propose une manière nouvelle de régler les questions centrales qui demeurent en débat », résume Guillaume Roubaud-Quashie, responsable de la commission en charge de son écriture. Concrètement, sur trois sujets (le bilan de la période Front de gauche, les questions stratégiques et les futures directions de la formation), les différentes positions sont couchées sur le papier, dans des encarts « En débat ». « C’est une ouverture et une nouveauté d’intégrer une problématique contradictoire dans le texte. Sur ces points-là en particulier, nous considérons que ce qui est proposé dans le projet de base commune doit être approfondi », détaille Pierre Laurent.

Les adhérents trancheront par un vote du 4 au 6 octobre

La direction communiste a aussi, ce week-end, fait un pas de plus vers les élections européennes de mai 2019. Ian Brossat, maire adjoint au logement de la Ville de Paris, a été désigné « chef de file », entouré par une équipe composée notamment des députés européens sortants Patrick Le Hyaric, Marie-Pierre Vieu et Marie-Christine Vergiat. Le PCF a redit « sa disponibilité pour une liste qui unisse les forces de la gauche sociale, écologique et politique ».
voir le document                       

Le projet de loi sur la réforme de la SNCF arrive en débat au Sénat.
le groupe Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Écologistes a reçu les syndicats français (CGT, SUD rail, CFDT et UNSA) mais aussi des représentants des syndicats d’autres pays européens (Allemagne, Espagne, Italie, Luxembourg, Grande-Bretagne...) autour de cette réforme.



A voir Nous demandons la suppression de cet article qui prépare la privatisation de la SNCF par Eliane Assassi

A voir Allez-vous enfin nous expliquer pourquoi vous transformez la SNCF en société anonyme ? par Fabien Gay

A voir Non à la filialisation de Gares et Connexions par Christine Prunaud

A voir La reprise de la dette annoncée par le gouvernement, une obligation comptable liée à la transformation en société anonyme par Eliane Assassi

Tous nous ont alerté sur les risques de l’ouverture à la concurrence et de la privatisation du transport ferroviaire qui ont conduit dans chaque pays à une dégradation du service rendu aux usagers, à une dégradation des conditions de travail des cheminots, à l’explosion des prix et à la rédu...
Lire la suite - 29-05-2018

Tous nous ont alerté sur les risques de l’ouverture à la concurrence et de la privatisation du transport ferroviaire qui ont conduit dans chaque pays à une dégradation du service rendu aux usagers, à une dégradation des conditions de travail des cheminots, à l’explosion des prix et à la réduction des offres de transport.
Nous étions également présents au rassemblement des syndicats devant le Sénat.

Nous soutenons les cheminots et nous nous opposerons à cette réforme qui vise à ouvrir à la concurrence le transport ferroviaire et, à termes, à privatiser la SNCF, mais aussi à l’ouverture à la concurrence, au changement de statut de l’entreprise, de la fin du statut des cheminot...

Le débat commencera à 17h45 après le vote sur le projet de loi pour la programmation militaire de 2019 à 2025 et les questions d’actualité au gouvernement.

Notre présidente du groupe, Eliane Assassi posera la Motion tendant à poser la question préalable, puis Guillaume Gontard s’exprimera pour notre groupe dans le débat général. Je serai à 18h30 sur Public Sénat pour débattre de cette question.

Réforme de la SNCF : après la discussion générale, une question taraude : pourquoi, madame la Ministre, transformer trois Epic en SA? Personne ne le demande ! Quel est le véritable projet, si ce n’est la préparation d’une prochaine privatisation ? Nous avons tous en mémoire l’exemple d’Engie.

Réforme de la SNCF, épisode 2 :
Comme nous n’avions pas de réponse claire sur les raisons de la transformation des EPIC en SA, je repose la question. L’incessibilité prônée par le Gouvernement, suite à la mobilisation des cheminots, ne garanti pas que la privatisation n’aura pas lieu.
On se souvient de GDF, dont les titres étaient incessibles ; on y a accolé une autre entreprise privée, Suez. Aujourd’hui devenue Engie, l’État ne possède plus que 24% du capital, les prix du gaz ont augmenté et les dividendes versées aux actionnaires aussi !

Réforme SNCF, épidode 3 : Tant que nous n’obtiendrons pas de réponse précise sur les raisons réelles du changement de statut des trois EPIC en SA, qui n’est ni une demande de l’UE, ni des usagers, ni des cheminots, nous poserons la question.
La seule personne pour, c’est encore Guillaume Pépy...
voir le document                       

Équilibre dans le secteur agricole et alimentaire : droit de la concurrence
Agriculture et alimentation: "Il vous faudra à un moment choisir entre la logique de Bruxelles et l’agriculture, entre Bruxelles et l’abandon des campagnes, entre Bruxelles et les enjeux sociaux, culturels et environnementaux." - Sebastien Jumel

Alors que l’Assemblée débat du proj...
voir le document                       

Banlieue : Macron mise sur la chance plutôt que sur l’égalité
Pendant plus d'1h30, le président Macron a parlé de la banlieue sous un mot d’ordre « une chance pour chacun ». Mais la chance n’a rien à y voir…

A voir Intervention du sénateur communiste Fabien Gay
L’égalité républicaine, les services publics sont les oubliés de son long monologue et de ses actes depuis un an. Cinq millions d’habitant.e .s, un jeune de moins de 25 ans sur cinq habite un des 1.500 quartiers particulièrement défavorisés ciblés par la politique de la ville. Un.e habitan...
Lire la suite - 22-05-2018

L’égalité républicaine, les services publics sont les oubliés de son long monologue et de ses actes depuis un an. Cinq millions d’habitant.e .s, un jeune de moins de 25 ans sur cinq habite un des 1.500 quartiers particulièrement défavorisés ciblés par la politique de la ville. Un.e habitant.e. sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

Le budget alloué par l’État à ces quartiers est 30 % inférieur au reste de la France. Celui de la culture y est inférieur de 300%. Les transports y sont six fois plus compliqués qu’ailleurs ! Bref, tous les sas d’entrée dans la République sont défaillants. Symptôme criant, le budget de la politique de la ville est passé de 10 milliards à 400 millions en dix ans.

Depuis 9 mois, des centaines d’associations et de parlementaires, de maires de tout l’arc républicain ont travaillé à partir de l’appel de Grigny. Il en est résulté 19 programmes d’actions qui ont été présentés au Président par Jean-Louis Borloo, pour un budget de 48 milliards d’euros (ce qui représente 1/3 des subventions allouées au CICE).

Face à cet immense travail de propositions, Macron a raté son grand oral, avec un ton de donneur de leçons et beaucoup de mépris pour le travail des élus, des associations, des citoyen.ne.s, il s’est fait le porte-parole des clichés sur la banlieue.

Macron, le président autoritaire des riches, va continuer à choyer la finance. Passant aux actes, il prend aux pauvres 5 euros sur les APL, ponctionne sur la CSG de nos aînés et offre 5 milliards aux familles les plus riches. La République n’est pas au rendez-vous. Les moyens financiers, humains sont l’angle mort de son one man show. Alors que les fonctionnaires manifestent aujourd’hui contre la mise à sac des services publics, leur rétrécissement territorial, il fait le choix du déni. Il renvoie la responsabilité aux collectivités locales alors qu’elles sont asphyxiées par sa politique libérale et austéritaire.

Macron nous donne rendez-vous tous les deux mois. Nous y serons, pour y rappeler à chaque fois l’exigence d’égalité.

Mais, sans attendre, le samedi 26 mai, nous serons des marées populaires pour la justice sociale, l’égalité, la solidarité. Le samedi 9 juin, nous serons au pique-nique populaire pour demander l’égalité des territoires, place des Invalides à Paris.
voir le document                       

Au lycée ADER à Tournan, on rejette la réforme du Bac, le tri sélectif de parcoursup et Macron
Avec Parcoursup (et la réforme du Bac...), ce que le gouvernement met en place, c’est la concurrence généralisée entre universités, en tre lycées, entre élèves
Le tirage au sort utilisé jusqu’à présent sur la plate-forme APB pour l’accès aux filières universitaires dites en tension servait à masquer le nombre insuffisant de places dans l’enseignement supérieur et la volonté de gouvernements successifs de ...
voir le document                       

Gaza : La France doit agir pour protéger le peuple palestinien (Pierre Laurent)
A l’appel du collectif national pour une paix juste et durable entre palestiniens et israéliens Rassemblement le mercredi 16 mai 2018 17h30 place de la République 75011 Paris

A voir Patrick Le Hyaric : « Israël fait de Gaza une prison à ciel ouvert »

A voir En commission des Affaires étrangères, interpellation, de M. Edelstein, président de la Knesset par le député communiste, Jean-Paul Lecoq

A la veille du 15 mai, jour de la commémoration de la Nakba et alors que plus de 35 000 palestinien-ne-s manifestent en différents points de Gaza dans le cadre des Marches pour le droit au retour et contre l’implantation de l’ambassade américaine à Jérusalem, l’armée israélienne est en t...
Lire la suite - 14-05-2018

A la veille du 15 mai, jour de la commémoration de la Nakba et alors que plus de 35 000 palestinien-ne-s manifestent en différents points de Gaza dans le cadre des Marches pour le droit au retour et contre l’implantation de l’ambassade américaine à Jérusalem, l’armée israélienne est en train de commettre un nouveau massacre.

A cette heure et pour ce seul 14 mai, il faut compter plus de 40 morts et 1300 blessés qui s’ajoutent aux 53 palestiniens assassinés et aux 2 000 blessés par des tirs à balles réelles depuis le 30 mars, début des Marches.

Dès le premier jour, le PCF, inquiet de l’escalade, avait demandé - sans résultat - au président Macron d’intervenir et de passer de la parole aux actes.

C’est l’ensemble de la communauté internationale qui, en laissant agir le gouvernement israélien en toute impunité par son silence et son inaction, est complice de ce terrible massacre.

En prenant la décision provocatrice et contraire au droit international de déplacer son ambassade à Jérusalem, les États-Unis portent une responsabilité particulière.
De nombreux observateurs étrangers et des experts ont pu constater combien l’usage de la force contre les manifestants palestiniens pacifiques était disproportionné. Les snipers de l’armée israélienne tirent avec l’ordre de tuer.

Au vu de ces nouveaux évènements pourtant prévisibles, le PCF réitère sa demande au gouvernement de sortir de son coupable silence et d’agir pour protéger le peuple palestinien.

Il appelle l’ensemble des communistes à se mobiliser et à participer aux manifestations* qui s’organisent dans toute la France.  

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
voir le document                       

Lire toutes les Actu
INITIATIVES

voir le document
DIMANCHE 3 JUIN 2018 - DE 12H à 17H

PASSERELLE DU VIEUX MOULIN
BORDS DE MARNE - CHELLES
voir le document
BULLETIN INFO FEDE

Tirer Force et Cohérence de l’apport de tous les communistes

Projet de base commune
Résolutions Européennes - débat avec Patrick Le Hyaric à la FD
Université d’été
Fête de l’Humanité - 1er RDV du bon de soutien à la FD
Écho des initiatives
Agenda départemental
voir le bulletin

DERNIERS TRACTS

SNCF
MODERNISER OUI, CASSER NON

NON AU CDG EXPRESS
Investir pour le droit à la mobilité
voir le tract

VIVRE ET VIEILLIR DANS LA DIGNITÉ ET LE RESPECT

PLAN HÔPITAL: LE PIRE EST À CRAINDRE
voir le tract

DERNIER COMMUNIQUÉ

Un autre projet de santé est possible
voir le communiqué

L'AFFICHE

voir l affiche
LE LIVRE

1. Prendre le pouvoir sur la finance et partager les richesses

2. De la nouvelle République au renouveau de la politique

3. Investir pour l’emploi et le développement de chacun-e

4. L’égalité femmes-hommes maintenant !

5. Une France protectrice, solidaire et ouverte sur le monde

6. Produire autrement pour l’humain et la planète

7. À l’offensive pour changer l’Europe
voir le descriptif

Parti communiste français - Fédération de Seine-et-Marne
264 rue de la Justice - Vaux le Penil Boite Postale 118 - 77004- Melun cedex - Tél : 01.64.79.75.10 - Fax : 01.64.79.75.15 - pcf77@wanadoo.fr

Haut de page