LES 10 DERNIERES INITIATIVES

Le projet de la loi de financement de la sécurité sociale 2018 est a analysé dans le cadre plus large de super austérité sur tout le quinquennat

Réduire de 60 milliards d’euros la dépense publique en 5 ans dont la sphère sociale : -25 Mds (-15 Mds assurance maladie et -10 Mds assurance ...
Lire la suite - 29-11-2017

Le projet de la loi de financement de la sécurité sociale 2018 est a analysé dans le cadre plus large de super austérité sur tout le quinquennat

Réduire de 60 milliards d’euros la dépense publique en 5 ans dont la sphère sociale : -25 Mds (-15 Mds assurance maladie et -10 Mds assurance chômage)

Rien que pour le budget 2018 : taux de croissance française anticipée : +1,7% et des économies (-15 Mds au total dont la protection sociale -5Mds)

La logique du PLFSS 2018 est la suivante : éliminer d’ici 2020 le déficit constitué par les quatre branches du régime général de la sécurité sociale : (maladie ; vieillesse ; famille ;-accident de travail-maladie professionnelle -) et aussi celui du Fond de solidarité vieillesse.

Le gouvernement estime le déficit de la Sécurité sociale en 2017 a 5,2 Mds d’euros. Il veut faire des économies de 3Mds en 2018 pour le ramener à 2,2 Mds Cette politique a une triple conséquence :

I) Un plan d’austérité de 4,2 Mds d’euros pour l’assurance maladie. Ondam : le « plafond » annuel voté par le parlement que l’assurance maladie est limitée de +2,3% soit 4,4 Mds en plus pour les soins en 2018. En fait, André Chassaigne rappelle que l’augmentation des dépenses prévues est de +4,5%, aussi il manque 4,5 Mds pour faire face à la hausse des soins de dépenses dû a la démographie et à la technologie

II) Les hôpitaux, une cible au bord de l’explosion où le gouvernement prévoit d’économiser en 2018 : -1,6 milliard d’euros. Pour cela ; il veut favoriser l’ambulatoire Cela implique de supprimer des lits (-16000 ces 2 dernières années), des services, voire des établissements entiers par le renforcement des regroupements des Groupes Hospitaliers Territoriaux (GHT)

III) Substitution de la Contribution sociale généralisée (CSG) à la cotisation sociale. La CSG doit augmenter de 1,7% et rapporter 22 Mds d’euros payés par les citoyens contre une baisse des cotisations sociales de 18 Mds. Cela coûte donc, en plus, aux citoyens la différence de 4 Mds, soit le montant de la suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et pire l’étatisation de la sécurité sociale.

Notre objectif est de développer la prévention, le maillage Hôpital-centre de santé, 100% Sécurité sociale et financement par la cotisation sociale.
voir le document



Dans la conquête de droits et de justice, l'histoire du mouvement ouvrier et des quartiers populaires est émaillée de violences, de répression et de vies arrachées. Lorsqu'elle se révolte, la classe dominée est considérée comme dangereuse. Tous les moyens sont bons pour l'écraser.

Venez en débattre
Comment réagir dans ces situations? Aujourd'hui, parvenir à une union plus large, antiraciste, syndicale et politique, n'est-elle pas une nécessité?
Comment faire converger ces combats à l'image de ce que l'on pouvait observer dans les années 60-70, période de plein emploi, où les ouvriers...
voir le document

Quel agenda de travail pour le congrès extraordinaire du PCF ?

Consultation des communistes 

18 septembre / 18 novembre

Le Conseil national a décidé de tenir un congres extraordinaire  du PCF en 2018 et non en 2019 comme prévu initialement. 

 ...
Lire la suite - 18-11-2017

Quel agenda de travail pour le congrès extraordinaire du PCF ?

Consultation des communistes 

18 septembre / 18 novembre

Le Conseil national a décidé de tenir un congres extraordinaire  du PCF en 2018 et non en 2019 comme prévu initialement. 

  ________________________________________

  Les résultats des élections présidentielle et législatives de 2017 nous poussent à repenser l’action du PCF. Il nous faut être audacieux et offensifs pour être à la hauteur des défis qui sont devant nous. Ces résultats témoignent d’une mutation du paysage politique, de l’accélération d’une offensive de classe qui a réussi à instrumentaliser à son profit une aspiration au renouvellement, fortement alimentée par les reniements du gouvernement précédent, et de la décrédibilisation d’un système politique à bout de souffle. Cette situation s’inscrit dans une dégradation du contexte international exacerbée par les peurs, l’enlisement de guerres et conflits sanglants, la montée des extrêmes-droites et la multiplication des actions terroristes.  

Cependant, l’élection de Macron et de sa majorité ne réussit déjà plus à maquiller le projet politique réel du président, poisson pilote de la finance et du MEDEF. Cette tentative de mutation, au pas de course, de la société française vers un capitalisme déchaîné est contraire aux aspirations d’une grande partie des Français-e-s. Les aspirations profondes à un changement de société et à un renouveau démocratique se sont en effet exprimées à travers la percée du vote Mélenchon à la présidentielle, à laquelle nous avons contribué. Ce véritable potentiel, aucune force ne peut à elle seule l’incarner pour rendre majoritaire un projet de transformation sociale.

Rarement la question des idées communistes de partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs, ne s’est posée avec autant de force comme issue à la crise. Pourtant, notre parti, sorti affaibli de cette séquence, n’est pas perçu comme porteur de solutions d’avenir. Et c’est là, la question majeure qu’il nous faudra résoudre lors de ce congrès extraordinaire : inventer une organisation capable d’engager le combat politique pour la transformation sociale, dans les réalités du 21e siècle.

Le défi est grand mais nous ne partons pas de rien. Le PCF est riche d’idées, d’énergies humaines, de convictions fortes portées par des militants ancrés dans la réalité des luttes au quotidien.

  POUR ATTEINDRE CET OBJECTIF, NOUS AVONS BESOIN DE FAIRE VIVRE L’INTELLIGENCE COLLECTIVE, DE METTRE À PROFIT L’APPORT DE CHACUNE ET CHACUN D’ENTRE NOUS.
voir le document



A l’occasion du Centenaire de la Révolution d’Octobre 1917
RÊVOLUTIONS
une initiative du Parti communiste français
A l’occasion du Centenaire de la Révolution d’Octobre 1917

RÊVOLUTIONS

une initiative du Parti communiste français

en partenariat avec la Fondation Gabriel Péri, les Cahiers d’histoire, Espaces Marx, Cause commune, le Centre international de recherche sur l...
Lire la suite - 12-10-2017

A l’occasion du Centenaire de la Révolution d’Octobre 1917

RÊVOLUTIONS

une initiative du Parti communiste français

en partenariat avec la Fondation Gabriel Péri, les Cahiers d’histoire, Espaces Marx, Cause commune, le Centre international de recherche sur l’imagerie politique (CIRIP)    

  Exposition, débats, initiatives culturelles : le PCF a décidé d’organiser de nombreuses initiatives culturelles et politiques autour de 1917, année de révolutions.    

Révolutionnaires du XXIe siècle, le centenaire de 1917 est l’occasion de poursuivre notre réflexion sur la nécessité de la transformation sociale et politique. Octobre 1917 a été un moment de l’émancipation humaine et si il a perdu sa force propulsive, nous continuons d’affirmer que notre monde plongé dans les crises économiques, politiques, écologiques, dans la guerre sans fin a besoin de révolutions, d’un partage des savoirs et des pouvoirs, de mise en commun. Le communisme demeure pour nous une perspective, un communisme libéré de l’échec soviétique du XXe siècle, un communisme de liberté et d’émancipation. C’est donc une invitation à la connaissance, à la réflexion, au débat que nous vous lançons.    

Exposition du 12 octobre au 4 novembre « Sur les murs du fil rouge d’octobre »  

Exposition de 110 affiches révolutionnaires pour la plupart inédites, conçue et réalisée par Alain GESGON et le CIRIP (Centre international de recherche sur l’imagerie politique). Avec projection en continue du film Octobre (1928) de Sergueï Eisenstein.  

Horaires d’ouverture de l’exposition : du lundi au vendredi : 10h-18h les samedi 28 octobre et 4 novembre : 10h-18h    

  PROGRAMME  

L’exposition et l’ensemble des événements sont gratuits et se dérouleront à l’Espace Niemeyer au siège du PCF, 2 place du Colonel-Fabien, Paris 19e. Attention : inscription obligatoire par mail (1917@pcf.fr) ou à partir des liens ci-dessous.    

  JEUDI 12 OCTOBRE
18h30/ Vernissage de l’exposition avec Alain Gesgon

Inscription  

20h30/ Avant-première du film 1917, il était une fois la révolution Projection en avant-première du film 1917, il était une fois la révolution (diffusé sur France Télévision quelques jours plus tard), en présence du réalisateur Bernard George.

- Inscription obligatoire

Attention, les inscriptions pour l’avant première du film 1917, il était une fois la révolution sont closes  

VENDREDI 20 OCTOBRE
19h-21h/ 1917 et nous : Classes sociales, peuple et sujet de l’histoire
Table-ronde Avec : Eric Fassin (sociologue), Jean Quétier (philosophe) et Christophe Ventura (rédacteur en chef du site Mémoire des luttes).

Inscription    

MARDI 24 OCTOBRE
19h-21h/ 1917 et nous : Pouvoirs et démocratie dans le processus révolutionnaire

Table-ronde

Avec : Patrice Cohen-Séat (président d’honneur d’Espace Marx), Michèle Riot-Sarcey (historienne) et Guillaume Roubaud-Quashie (historien, directeur de Cause Commune)

Inscription    

VENDREDI 27 OCTOBRE
17h30/ Conférence sur « L’art et la politique »

Avec : Sonia Masson (artiste, membre du Conseil national et du collectif Culture du PCF), Marie-José Mondzain (philosophe)

Inscription

  19h30/ Projection en avant-première

du film Lénine-Gorki, la révolution à contretemps (diffusé sur Arte quelques jours plus tard) en présence du réalisateur Stann Neumann et du producteur Paul Rozenberg

Inscription

    SAMEDI 28 OCTOBRE, 11h-21h

« 10 jours qui ébranlèrent le monde » : 1917 dans l’histoire  

11h-13h/ Table-ronde 1 : « 1917, année révolutionnaire »

Avec : Marc Ferro (historien), André Loez (historien), Roger Martelli (historien), Nikolai Smirnov (directeur de l’institut d’histoire de la filiale de Saint-Pétersbourg de l’Académie des sciences de Russie).

14h-16h/ Table-ronde 2 : « Les sources françaises du communisme »

Avec : Eric Aunoble (historien), Frédérick Genevée (historien, responsable des archives du PCF), Claude Pennetier (historien). Table-ronde animée par Anne Jollet (rédactrice en chef des Cahiers d’histoire)

16h30-18h30/ Table-ronde 3 : « Lénine et les bolchéviks »

Avec : Florian Gulli (philosophe), Patricia Latour (journaliste) Jean-Jacques Marie (historien), Serge Wolikow (historien).

Table-ronde animée par Vincent Boulet

19h/ Projection de Ménage à trois (1927) de Abram Room

Inscription 

    MARDI 31 OCTOBRE

19h-21h/ 1917 et nous : Étatisme, socialisme et communisme

Table-ronde

Avec : Andreï Grachev (politologue, ancien conseiller de Mikhaïl Gorbatchev), Lydia Samarbakhsh (responsable des relations internationales du PCF) et Catherine Samary (économiste).

Inscription

      VENDREDI 3 NOVEMBRE

"Dépasser le capitalisme, la révolution aujourd’hui"  

17h-19h/ Table-ronde 1 : « Europe et mondialisation : pour une maîtrise solidaire des interdépendances»

Avec : Bertrand Badie (professeur des universités - CERI), Etienne Balibar (philosophe), Francis Wurtz (député honoraire PCF-Front de gauche au Parlement européen).

19h30-21h30/ Table-ronde 2 : « Les nouveaux terrains des révolutions : écologie, numérique, nouveaux modes de production et d’échange »

Avec : Frédéric Boccara (économiste), Pierre-Henri Gouyon (biologiste), Bernard Stiegler (philosophe).

Inscription

      SAMEDI 4 NOVEMBRE

"Dépasser le capitalisme, la révolution aujourd’hui"

  11h-13h/ Table-ronde : "La femme est l’avenir de l’homme" avec Nadia Chaabane (ancienne députée du Groupe démocratique de l’Assemblée constituante de Tunisie - sous réserve), Laurence Cohen (sénatrice et responsable nationale de la Commission du PCF Droits des femmes), Liliane Halls-French (coprésidente de l’iniative euro-méditerranéenne IFE-EFI - sous réserve).

  14h-16h/ Table-ronde : « Avec Marx, ’’libérer le travail et se libérer du travail’’ »

avec Yann Le Lann (sociologue), Catherine Mills (économiste), Dimitri Uzunidis (économiste).

Table-ronde animée par Sébastien Crépel (journaliste) 17h/ Allocution de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF 18h/ Athaya Mokonzi lit Ma découverte de l’Amérique de Vladimir Maïakovski

  Inscription

voir le document

Le Mouvement pour la Paix appelle à une grande journée de mobilisation partout en France le 23 septembre....
voir le document

La forte journée d’action unitaire du 12 septembre a montré que les salariés du privé, comme du public, les retraités, les jeunes refusent les ordonnances Macron. Ces ordonnances ont comme fil rouge, toujours plus de flexibilité, de précarité, moins de rémunération, de droits, de protection soci...
voir le document


à la fédération , 264 rue de la justice à Vaux-Le-Pénil
3ième RENDEZ-VOUS DÉPARTEMENTAL de la diffusion de la vignette-bon de soutien Fête de l’Humanité – 15/16/17 sept.

MARDI 29 AOÛT à 19h
...
voir le document


Présentation de l’Université d’été 2017

Du 25 au 27 août 2017, Angers accueille l’université d’été des communistes.

Au terme d’un cycle électoral qui transforme radicalement le paysage politique, c’est une occasion précieuse de prendre le temps de faire le point, de prendre le temps de comprendre les profondes mut...
voir le document


Vente solidaire de fruits et légumes le 17 août à Mitry-Mory
Pour le pouvoir d’achat, des prix justes et une agriculture rémunératrice responsable

L’ouverture des États généraux de l’alimentation a eu lieu en grandes pompes, avec une volonté de grand battage médiatique. Pour diversion ? Les dernières décisions gouvernementales ne laissent...
Lire la suite - 17-08-2017

Pour le pouvoir d’achat, des prix justes et une agriculture rémunératrice responsable

L’ouverture des États généraux de l’alimentation a eu lieu en grandes pompes, avec une volonté de grand battage médiatique. Pour diversion ? Les dernières décisions gouvernementales ne laissent en effet entrevoir aucune volonté de répondre à la nécessaire augmentation du pouvoir d’achat des citoyens. Elles ne s’attaquent pas plus aux chantiers urgents de la rémunération du travail paysan et des salarié-e-s.

Marchés, investissements, compétitivité semblent seuls préoccuper le Ministre de l’agriculture, alors que les producteurs manifestent et revendiquent massivement, depuis des années, pour une juste rémunération de leurs produits. La nouvelle répartition des aides européennes annoncée par le ministère, déjà en contradiction avec l’objectif affiché par les États généraux, ne fait même qu’accroître la mise en danger des exploitations familiales et paysannes.

De son côté le Président de la République annonce tout haut ce que les pouvoirs précédents n’ont pas osé « Le monde agricole doit se transformer, le monde de la distribution doit l’accompagner »

Le PCF considère, lui, que l’encadrement des marges de la grande distribution est un des premiers leviers majeurs et prioritaires d’une nouvelle ambition pour un véritable modèle agricole repensé.

Produire une alimentation saine, accessible à tous pour rompre ainsi la fracture alimentaire, tout en vivant dignement de son travail, engager la transition écologique de l’agriculture, et promouvoir un aménagement équilibré des territoires, nous pensons que c’est possible et urgent ! Moins cher pour les consommateurs, plus rémunérateur pour les producteurs, le circuit court à prix juste, la population est invitée à en discuter... et à en bénéficier lors de la grande vente solidaire de fruits et légumes organisée, comme chaque année, par les communistes et par les agriculteurs de MODEF (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux).

Cette année rendez-vous est donné, à toutes et tous, à partir de 8h, Jeudi 17 août, à Mitry-Mory
voir le document



vente du bon de soutien donnant droit à l’entrée à la fête de l’Humanité
1er Rendez-vous départemental de diffusion et de règlement du bon de soutien pour la Fête de l’Humanité, avec la participation de Patrick Le Hyaric directeur du Journal l’Humanité.
à partir de 11h30 après les élections présidentielle et législatives, débat sur la situation politique , ...
voir le document


Voir toutes les Initiatives
INITIATIVES

Lire la suite - 29-11-2017
Le projet de la loi de financement de la sécurité sociale 2018 est a analysé dans le cadre plus large de super austérité sur tout le quinquennat

Réduire de 60 milliards d’euros la dépense publique en 5 ans dont la sphère sociale : -25 Mds (-15 Mds assurance maladie et -10 Mds assurance chômage)

Rien que pour le budget 2018 : taux de croissance française anticipée : +1,7% et des économies (-15 Mds au total dont la protection sociale -5Mds)

La logique du PLFSS 2018 est la suivante : éliminer d’ici 2020 le déficit constitué par les quatre branches du régime général de la sécurité sociale : (maladie ; vieillesse ; famille ;-accident de travail-maladie professionnelle -) et aussi celui du Fond de solidarité vieillesse.

Le gouvernement estime le déficit de la Sécurité sociale en 2017 a 5,2 Mds d’euros. Il veut faire des économies de 3Mds en 2018 pour le ramener à 2,2 Mds Cette politique a une triple conséquence :

I) Un plan d’austérité de 4,2 Mds d’euros pour l’assurance maladie. Ondam : le « plafond » annuel voté par le parlement que l’assurance maladie est limitée de +2,3% soit 4,4 Mds en plus pour les soins en 2018. En fait, André Chassaigne rappelle que l’augmentation des dépenses prévues est de +4,5%, aussi il manque 4,5 Mds pour faire face à la hausse des soins de dépenses dû a la démographie et à la technologie

II) Les hôpitaux, une cible au bord de l’explosion où le gouvernement prévoit d’économiser en 2018 : -1,6 milliard d’euros. Pour cela ; il veut favoriser l’ambulatoire Cela implique de supprimer des lits (-16000 ces 2 dernières années), des services, voire des établissements entiers par le renforcement des regroupements des Groupes Hospitaliers Territoriaux (GHT)

III) Substitution de la Contribution sociale généralisée (CSG) à la cotisation sociale. La CSG doit augmenter de 1,7% et rapporter 22 Mds d’euros payés par les citoyens contre une baisse des cotisations sociales de 18 Mds. Cela coûte donc, en plus, aux citoyens la différence de 4 Mds, soit le montant de la suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et pire l’étatisation de la sécurité sociale.

Notre objectif est de développer la prévention, le maillage Hôpital-centre de santé, 100% Sécurité sociale et financement par la cotisation sociale.
voir ++


Dans la conquête de droits et de justice, l'histoire du mouvement ouvrier et des quartiers populaires est émaillée de violences, de répression et de vies arrachées. Lorsqu'elle se révolte, la classe dominée est considérée comme dangereuse. Tous les moyens sont bons pour l'écraser.

Venez en débattre
voir ++
BULLETIN INFO FEDE

Consultation des communistes pour la préparation du congrès 2018
voir le bulletin

DERNIERS TRACTS

UN NOUVEAU PROGRÈS SOCIAL POUR LA FRANCE

STOP À LA CASSE SOCIALE DE MACRON
voir le tract

FONCTION PUBLIQUE
LE SERVICE PUBLIC EST LE CŒUR DE LA SOCIÉTÉ DE DEMAIN
voir le tract

DERNIER COMMUNIQUÉ

Création du groupe EELV-M1717 au Conseil régional d’Île-de-France
Le Front de gauche : trait d’union de la gauche francilienne
voir le communiqué

L'AFFICHE

voir l affiche
LE LIVRE

1. Prendre le pouvoir sur la finance et partager les richesses

2. De la nouvelle République au renouveau de la politique

3. Investir pour l’emploi et le développement de chacun-e

4. L’égalité femmes-hommes maintenant !

5. Une France protectrice, solidaire et ouverte sur le monde

6. Produire autrement pour l’humain et la planète

7. À l’offensive pour changer l’Europe
voir le descriptif

Parti communiste français - Fédération de Seine-et-Marne
264 rue de la Justice - Vaux le Penil Boite Postale 118 - 77004- Melun cedex - Tél : 01.64.79.75.10 - Fax : 01.64.79.75.15 - pcf77@wanadoo.fr

Haut de page