LES 10 DERNIERES INITIATIVES

L’auberge des migrants de Calais est à l’initiative de la Marche Citoyenne et Solidaire. Cette marche citoyenne milite pour l’accueil des migrants, contre le « délit de solidarité », contre le blocage de la frontière franco-italienne et de la frontière franco-britannique.

LAIS...
voir le document

DIMANCHE 3 JUIN 2018 - DE 12H à 17H

PASSERELLE DU VIEUX MOULIN
BORDS DE MARNE - CHELLES
12H / Rencontre / apéro : «Quelle alternative progressiste, écologique et citoyenne pour Chelles-Citoyenne ?»
14H30 / Atelier-Débat : « Peut-on changer la société sans changer les médias ?»
16H / Concert / The Matches

BBQ / Sandwichs sur place ou venez avec...
voir le document



Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité Marée populaire
à Paris, 14h30 - Gare de l’Est
Déclaration unitaire

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l&#...
Lire la suite - 26-05-2018

Déclaration unitaire

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations… Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets. Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.
voir le document

vendredi 25 mai 2018 à 20h - Salle Jean Jaurès à Champs sur Marne....

L’Héritage de Mai 68 est multiple
Il y a 50 ans, la France connaissait son plus grand mouvement social depuis 1936. Mai 1968, né dans les universités, se diffuse rapidement au mouvement ouvrier où les grèves se multiplient, d’abord dans le secteur privé puis dans le secteur public. Au cours du mois de mai, le pays est emporté pa...
Lire la suite - 18-05-2018

Il y a 50 ans, la France connaissait son plus grand mouvement social depuis 1936. Mai 1968, né dans les universités, se diffuse rapidement au mouvement ouvrier où les grèves se multiplient, d’abord dans le secteur privé puis dans le secteur public. Au cours du mois de mai, le pays est emporté par une impressionnante convergence des luttes : les trains ne circulent plus, les écoles et les postes sont fermées, et les usines et les universités occupées. Des manifestations massives unitaires témoignent de la combativité du mouvement et participent à gagner l’opinion publique.

L’Héritage de Mai 68 est multiple : outre les acquis salariaux obtenus à l’issu du mouvement (augmentation des salaires et diminution du temps de travail), il a profondément influencé les formes de mobilisations, aussi bien dans les universités que dans les usines, et imposé une véritable « révolution culturelle » bousculant la morale et l’ordre établi.

50 ans plus tard, alors que l’oligarchie politique voudrait commémorer les évènements de Mai 1968 par d’ennuyantes cérémonies officielles et hypocrites, les travailleurs et la jeunesse ont bouleversé l’agenda des réformes Macronistes et célèbrent cet anniversaire comme il se doit : en remettant le couvert !

Pour gagner face à un gouvernement néo-libéral et autoritaire, il nous faut réinterroger cet épisode clef de notre histoire sociale : que doit-on retenir de Mai 1968 ? Comment comprendre ses succès, mais aussi ses échecs ? La Grève générale est-elle aujourd’hui possible ?

C’est à toutes ces questions que nous tenterons de répondre avec les acteurs actuels du mouvement en réunissant les secteurs en lutte au Festival pour un autre monde édition 2018
voir le document

avec le soutien de:
- UL CGT
- Amnesty International
- ATTAC
- PCF
- Associations d'aide aux réfugiés
- Associations culturelles France-Maghreb
- Associations d'aide aux personnes à la recherche d'un emploi

à l'Hémisphère Theater,
23 ...
voir le document

Le 1er mai marque une nouvelle journée de mobilisation d’ampleur pour le retrait du projet de loi modifiant le statut de la SNCF, le retrait de la loi immigration et tout ce qui vise à réduire les libertés et les services publics. ...

Débat : Quelle protection sociale pour le 21e siècle? A l’heure où le gouvernement met en danger la santé et la protection sociale.

Avec la participation Dr Michel LIMOUSIN, membre de la commission santé protection sociale du Pcf
Sylvie FUCHS secrétaire départementale du Pcf 77, cons...
voir le document

Les élus communistes de Pontault-Combault coorganise avec la section du PCF une nouvelle soirée des colères sur le thème :
Face à l’arnaque Macron, quelles propositions ?

Autour d’Olivier Dartigolles, porte parole du PCF et auteur du livre "Macron entrepris...
voir le document



manifestation samedi 24 mars en solidarité avec Afrine de gare du Nord à République
Afrin, après avoir héroïquement résisté, est désormais sous le déluge de feu de l’armée turque et de ses supplétifs de Daesh. Les civils fuient maintenant par milliers pour échapper aux pillages, aux massacres, aux viols et aux égorgements. Le bilan humain provisoire est terrifiant. Après les Ar...
Lire la suite - 24-03-2018

Afrin, après avoir héroïquement résisté, est désormais sous le déluge de feu de l’armée turque et de ses supplétifs de Daesh. Les civils fuient maintenant par milliers pour échapper aux pillages, aux massacres, aux viols et aux égorgements. Le bilan humain provisoire est terrifiant. Après les Arméniens il y a un siècle, les Kurdes ont tout lieu de craindre l’attitude génocidaire de R.T. Erdoğan.

Les masques sont tombés devant ceux qui feignaient de croire que la Turquie entendait protéger sa frontière. Sans ambages, R.T. Erdoğan vient de déclarer : « Maintenant, le drapeau turc flotte là-bas ». Il entend désormais poursuivre l’offensive dans tout l’espace kurde jusqu’à la frontière irakienne avec la bénédiction de Moscou et de Washington. L’épuration ethnique qui se dessine vise clairement à faire d’Afrin une base arrière d’enracinement du terrorisme islamiste avec de lourdes conséquences pour la région, l’Europe et la France.

Le gouvernement français a commis une grave faute en considérant que l’on pouvait comprendre R.T. Erdoğan et en faisant preuve à son égard d’une tolérance complice.

Comme le rappelait le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, l’heure est à une mobilisation transpartisane pour stopper R.T. Erdoğan. La France et l’Union européenne doivent parler plus fermement, condamner la politique d’Ankara, exiger l’interdiction du survol de l’aviation turque et son retrait du territoire syrien. L’ONU doit, sans attendre, adopter une résolution protégeant les Kurdes de Syrie.

Des manifestations se dérouleront en Europe le 24 mars 2018. Dans toutes les grandes villes françaises, des défilés auront lieu et le PCF entend contribuer à en faire un succès pour exprimer sa solidarité totale avec les Kurdes qui incarnent le combat pour la liberté, la paix et la démocratie.
voir le document


Voir toutes les Initiatives
INITIATIVES

voir ++
DIMANCHE 3 JUIN 2018 - DE 12H à 17H

PASSERELLE DU VIEUX MOULIN
BORDS DE MARNE - CHELLES
voir ++
BULLETIN INFO FEDE

Tirer Force et Cohérence de l’apport de tous les communistes

Projet de base commune
Résolutions Européennes - débat avec Patrick Le Hyaric à la FD
Université d’été
Fête de l’Humanité - 1er RDV du bon de soutien à la FD
Écho des initiatives
Agenda départemental
voir le bulletin

DERNIERS TRACTS

SNCF
MODERNISER OUI, CASSER NON

NON AU CDG EXPRESS
Investir pour le droit à la mobilité
voir le tract

VIVRE ET VIEILLIR DANS LA DIGNITÉ ET LE RESPECT

PLAN HÔPITAL: LE PIRE EST À CRAINDRE
voir le tract

DERNIER COMMUNIQUÉ

Un autre projet de santé est possible
voir le communiqué

L'AFFICHE

voir l affiche
LE LIVRE

1. Prendre le pouvoir sur la finance et partager les richesses

2. De la nouvelle République au renouveau de la politique

3. Investir pour l’emploi et le développement de chacun-e

4. L’égalité femmes-hommes maintenant !

5. Une France protectrice, solidaire et ouverte sur le monde

6. Produire autrement pour l’humain et la planète

7. À l’offensive pour changer l’Europe
voir le descriptif

Parti communiste français - Fédération de Seine-et-Marne
264 rue de la Justice - Vaux le Penil Boite Postale 118 - 77004- Melun cedex - Tél : 01.64.79.75.10 - Fax : 01.64.79.75.15 - pcf77@wanadoo.fr

Haut de page